emsirinoruŠuronirisme - Message ou slogan
 
 
 
 
 
LA FOLIE DES GRANDEURS
 
 
 
 
Lors d'un de ces innombrables repas de famille tout branlant comme d'habitude, une de mes frêles Tantinettes attablée chez nous sous-entendit d'un coup d'un seul que mes propos sur les choses dépassaient le supportable et que je n'aurais été par conséquent qu'un vulgaire et affreux rigolo !
 
 
Voici ce que je répondis à l'inconvenante qui l'avait bien méritée sur l'éventualité d'une prétendue folie des grandeurs :
 
 
« Moi ?! Je suis un affreux ?!
Moi ?! Je suis un affreux ?!
Mmmooaaaaa ?! Je suis un affreux ?!
 
Mais Madame, Vous ne comprenez pas
ce que vous dites !
 
Vous ne savez pas qui s'illumine en face de vous !
 
Mmmmmmooooooooooooaaaaaaaaaaaaaa ?!
 
Je suis un affFRRRREEEEUUUUX ?!
 
Répèteriez-vous cela devant ma Magnificence ?!
 
JE SUIS UN AFFREUX ?! MOI ?!
 
Alors que des femmes par milliers m'écrivirent de la Terre entière, parfois même du Kamchatka pour essayer vainement d'obtenir un de mes poils dédicacé ?!
 
 
Tandis que certaines se suicidèrent avec des couteaux à huîtres pour m'avoir seulement croisé sur le bassin d'Arcachon ?!
 
 
Mais saviez-vous, dindonneau du pauvre, que la Reine de hollande envoya trente navires emplis jusqu'aux mats de millions de bulbes de tulipes, ceci afin de payer la rançon astronomique mais justifiée que le Maharadjah de Guadaloumpour avait exigé pour ma libération conditionnelle ?!
Il posait d'ailleurs comme condition que je ne revinsse jamais dans sa province car ses soixante douze filles m'ambitionnaient toutes à la fois et que cela risquait fort de mener sa famille déjà très éprouvée par ces grossesses à répétition, droit vers la consanguinité, lui avait répété ses conseillers ?!
 
Le saviez-vous ?!
 
Ben non !
 
Pas plus que vous n'étiez au courant, malheureuse poule édentée aux oeufs castamés, que sur la plage d'Hendaye en 1977, alors que je me baignais innocemment dans cet océan indien plein de créatures dangereuses, des centaines de jeunes filles toutes nues et la culotte à la main qu'elles faisaient tournoyées en l'air dans leurs mains moites, crièrent à tue-tête devant leurs parents surpris et à mon intention :
 
 
« THIERRY ! TU ES LE PLUS BEAU !
ON EN PEUT PLUS ET ON TE VEUT ! ».
 
Mais oui !
 
Il a fallu que les Maître-nageurs me sauvent !
 
Aviez-vous appris, Ragondin tout moisi et castor sans poils, que Louis XVI lui même s'écria au pied de l'échafaud avant que le bourreau ne se saisisse de sa personne pour lui faire passer l'envie des villégiatures à Varennes :
 
« A-t-on des nouvelles de Monsieur de Laurier ? ».
 
J'étais en effet partis trois ans plus tôt pour découvrir les Indes et les lui remettre en accessit car j'avais rien d'autre à faire ces jours-là ?!
 
Hé ben ?!
 
Je suis toujours un affreux ?! Moi ?!
 
Hein ?!
 
Mais, antalgique pour éléphants obèses et désespérés, Marco Polo aussi, oui !
Lui aussi ! Parfaitement !
 
En remettant des lettres ainsi que quelques cadeaux sirupeux et hors de prix de la part du Pape à Kubilay khan et attendant que ce dernier face de même en retour pour le Saint-Pèpère, le grand Khan, le trés grand Khan, l'énorme Khan préféra lui donner des courriers considérables pour Mooooaaaaaaaa, dans lesquels il envisageait avec grande diplomatie, ce qui n'était guère son habitude à l'accoutumée, la façon dont nous allions nous partager le monde
« 1/3 pour lui et les trois quart pour Moaaaaaaaa », missives accompagnées des cadeaux comme on en fait plus parce que c'est pas possible :
chameaux surchargés de tas d'or desquels tombaient des filles alanguies et saupoudrées de vanille du désert, vaisselles en onix pour tous les jours, tissus mêlés d'émeraudes afin d'aller chasser les papillons à la Bourboule, Fruits bleus, jaunes ou verts aux goûts de paradis perdu, venu de l'autre rive de ces fameuses et légendaires
" oasis avec des bulles " où l'on peut y admirer des tapis de Loukoum à la verveine fourrés par ces météorites en forme de larmes que versent les déesses de tous âges lorsqu'elles apprennent effondrées et par leurs parents que je ne suis qu'un mirage ?!
 
Où en étais-je ?
 
Oui !
 
Je suis un affreux ?! Oh ?!
 
T'entends ce que je te dis ?!
 
En Patagonie, Madame je comprend rien mais je sais tout ! ... pour faire mettre les vaches en chaleur et plutôt que d'implorer je ne sais quel dieu impuissant, ils invoquent et crient mon nom dans toute la Pampa, même à Noël, en sachant pertinemment car ils n'ont plus besoin d'espérance que les vêlages seront alors si nombreux et soudains qu'ils ne pourront manger qu'un veau sur dix sauf à disparaître tous dans de gigantesques crises de foie comme une civilisation trop choyée par le génie de la création ?!
 
 
Moi ?! MoooooAAAAAAAAAAAA ?!
Je suis encore un affreeeeeeeuuuuuuuux ?!
 
 
Mais, minuscule grain du néant venu d'on ne sait où, lorsque je déambule sur le pont de Tancarville, les mouettes rieuses se mettent toutes à pleurer !
La dernière fois où je me suis rendu
au Mont Saint- Michel, l'Archange est tombé !
La tour de Pise elle même s'est redressée le jour où je suis passé à ses pieds en déclarant à la foule démesurée venue m'accueillir :
« Elle est presque aussi belle que moi ! ».
 
Si !
 
Alors ?! Ça t'en en bouche un coin-coin comme disent les canards périgigourdins d'Edmond Rostand ?!
 
Pas vrai ?!
 
Bien sur que si !
 
T'es éblouies !
 
Comme fut éblouissante l'allocution télévisée que fit à ma descente de l'avion affreté à grands coups de milliards, le général Sirtakipoulos, chef de la junte militaire grec et qui déclara qu'à part lui-même à la tête de la nation et dans toute l'histoire des nations partout, il ne pourrait envisager que MoooooAAAAAAAA, ce qui aurait fini par arriver d'ailleurs si je n'avais été poursuivi par ses colonels en pyjamas me jurant fidélité devant sa femme à toutes épreuves par trois !
 
Mais ils étaient douze !
 
T'as pas compris ?!
 
C'est pas grave !
 
Envisageais-tu, microscopique paté de sable mou qui s'effondre comme un flambi neurasténique, que lorsque je bois du cidre en Normandie, les filles du Congo quêtent les bulles dans le ciel africain ?!
Que si je mange du paté de tête, Madame Chirac rapplique avec une CX en espérant comme par enchantement une nouvelle jeunesse et deux nouveaux septennats ?!
Que la princesse de Zanzibar, oui ! De Zanzibar ! Non ! Pas de Vesoul !
Que la princesse de Zanzibar apprit le français en lisant mes textes dans le livre sacré des Zoulous, le fameux « Mégalomit » et qu'elle en écrivit à sa cousine par alliance, la " Sainte Patafiole ", c'est son titre de Reine : « J'ai le bonbon qui s'bouche quand je songe à sa bouche ! » ?!
Elle s'essaye à la versification en ne parvenant pas à m'imiter.
 
Enfin, bref, mocheté prétentieuse et jalouse !
Si j'entends encore une fois que je suis un affreux, je me lève de cette chaise, je me dirige vers la fenêtre et rien que pour vous embêter, je saute !
 
Oui ! Je saute !
 
Du rez de chaussée en vous laissant tous là et seuls sans MooooooAAAAAAAA
à manger votre soupe avec des grands Sluuuuuurrrrpppppps pendant qu'à
" l'auberge d'Alexandrie et de Périgueux réunis ",
je me ferai servir du caviar d'oeufs de biches sur des canapés de soie comestible en buvant du Cacolac !
 
C'est compris ?!
 
Bon ! Alors, ça va !
 
Maman !
 
Tu peux amener la purée !
 
Non ! Mais ! ».
 
 
 
© THIERRY LAURIER 2011
 
 
 
emsirinoruŠuronirisme
 
 
 
 
 
 
 
Une des nombreuses illustrations me représentant
dans le fameux livre des Zoulous :
" Le Mégalomit ".
Tout s'explique !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Tel chien, tel Maître !
Lui aussi est devenu mégalomane ...
Il se prend pour le Sphinx !
 
 
 
 
 
 
 
emsirinoruŠuronirisme