emsirinoruŠuronirisme - Message ou slogan
 
 
 
 
Texte cherchant un compositeur
 
 
 
 
LA MER ENDORMIE
 
 
 
 
La mer endormie
Coulait mon sommeil,
Lavé par un lit
Au sable de veille.
 
 
Je sentais les crabes cliquant,
Les bulots crus, les bulots cuits,
Des taupes marines, en dansant,
Muaient le fond de mes soucis.
 
 
Une mouette point muette
Parlait de flibuste alentour,
Elle avait connu barbe blette,
Pirate objet de son glamour.
 
 
La mer endormie
Coulait mon sommeil,
Lavé par un lit
Au sable de veille.
 
 
Un cachalot se cacha là,
Au milieu du rêve des vagues,
Une truite s’aventura
De la rivière à la Dorade.
 
 
Les moules en foule prenaient la houle
Dans une ronde cabossée,
Un banc de homardes saoules
Tiraient les pattes aux araignées.
 
 
La mer endormie
Coulait mon sommeil,
Lavé par un lit
Au sable de veille.
 
 
Montée velue dans le varech,
Une sirène minuscule,
Elle me traita de petit mec,
Repartit fière sur une bulle.
 
 
Au loin, mon sous-marin d’éponge
Ne dégorgeait plus ses ballasts
Il tira des torpilles aux songes,
Famille de couteaux néfastes.
 
 
La mer endormie
Coulait mon sommeil ...
Et sur ma folie,
Nageaient ces merveilles !
 
 
 
 
© THIERRY LAURIER 2001
( Texte protégé juridiquement par un dépôt )
 
 
 
L'ÎLE AUX MILLE ET UN JOURS - CHANT 1
( Extrait )
 
 
 

 
 
 
 
 
emsirinoruŠuronirisme