emsirinoruŠuronirisme - Message ou slogan
 
 
 
 
 
LE GRAND CHANT DE PAN

( Déréalisation )

 
 
 
 
« La ville enluminait une souffre douleur
Murée furtivement par l’unique rempart
Et l’empêchait, estampe aux minuits raseurs,
De s’envoler, ba-ba, sur d’étranges cafards.
 
 
Ces êtres en escarmouches, punaises ovationnées
Par les ombres tapies, éclatantes ou cireuses,
Venaient en océanes au rivage éventé,
Du cimetière marrant : Houris cadavéreuses !
 
 
Aussi parfois, des paires, les mystificateurs,
Des l’Abel et Caïn minutés du vivant,
Ayant des airs de chêne dans ce premier labeur,
Quand fille la dent d’Eve eut fasconné des glands,
 
 
S’en venaient, voltigeurs, observer la rondelle
Des toits et puis des mois qui fumaient de travers,
Assez gentillement s’offrirent à la marelle
Pour ne pas se grandir en jouant à la guerre.
 
 
Leurs mamans oubliées désembombaient la Terre
Trop magnifiquement et les petits salauds,
Comme des mille-pattes voyant leurs mamans faire,
Attachaient l’infini à leurs petits sabots.
 
 
Les midinettes acerbes n’avaient point de calculs;
Un et un faisaient deux pour le loup du milieu,
Puisque les blanches fleurs perdaient leurs opercules,
Cela ne venait pas, hors j’étais ambitieux !
 
 
Ma nature idolâtre si elle trouve des fous,
Une pendule scythe, le Mikado en France
Ou la femelle borgne du chien-chien andalou,
Me commettait les yeux avec des airs de transe.
 
 
Le crâne s’étendait sur la face des pierres,
Dans les allées meublées, plein des tapisseries
Coulantes en feuillage et le vent sur le lierre
Repeignait la fourrure des ossements taris.
 
 
Je vis par les clairières des nids de béliers morts
Sous fond d’orangers verts, en hiver, fleurir,
Dont les linceuls rouges tout paraffinés d’or,
Sur mon passage doux sifflaient à longs soupirs.
 
 
Un château gambadait dans une lande jaune,
Tours de bleues, donjon sec, roche molle, créneaux lents,
Et l’on voyait en rose l'après-midi d'un faune
Sortir du pont-levis les étendards au vent.
 
 
Aux portes pour l’enfer, aux fenêtres sans bornes,
Des Sphinx-léopards se caressaient la joue,
Une girafe enceinte pondait sur des licornes
Les carrés jaunes et blancs en poussant des
‘‘ miaous ’’.
 
 
Pourquoi avaient-elles soif d’une légère bosse
Dont le mythe gigogne oublia la souffrance ?
Les vides à Cana en plein milieu des noces
Sont des angoisses noires au milieu du silence.
 
 
Plus loin, un homme occis de sacrifice antique,
Etendu sur un feu, le cœur à la dérive,
Prophétisait la pluie en des proses pythiques
Et disait les tombeaux des Antananarive.
 
 
Il marcha sur le sable, transportant un calice,
Mit les écumes en croix, son rouge sang au verre,
Versa le vin dans l’eau, la vigne à la silice,
Puis s’offrit à la mer comme un bouc émissaire.
 
 
Ô quels furent ces temps depuis la côte épouse ?
Une rafle inconsciente par le filtre Psyché;
Des paysans du ciel labouraient leur pelouse;
Plus grosse dans les siècles, ma tête alunissait
 
 
Sur les verbes féconds, matrices Rhétorique
Pleines pour le péché de leurs Papales bulles
Dont les moines lettrés par copies hystériques
Fécondaient Ad Vitam les infaillibles ovules !
 
 
Où es-tu dieu de pierre ? Idole sur ton roc,
Ante-Christ Pater à tous les rêves odieux,
Chèvre transfigurée, abats ces blancs Molochs,
Les dogmes trinitaires et miséricordieux,
 
 
Pour la gitane hirsute à la barbe à papa,
Les sorcières tricoteuses de Bernardoguisures,
Pour les jambes au rabot, pour les flammes au sabbat,
Le goujon cuit de peur dans la forge au silure !
 
 
Car c'est le crépuscule, un début de la fin
Venant du vieux trésor sauvé comme un miracle
Par des gardiens d'oboles aux contours sibyllins ...
De Pan ressuscité, voici le grand oracle !
 
 
LA PROPHÉTIE
 
۩
 
 
Une fée sans clochettes, amante et langoureuse,
Viendra glisser sur l’eau, portée par le berceau
Vers un Nautonier triste ; comme elle est amoureuse,
Elle sera l’union du vrai avec le beau ...
 
 
AINSI SOIT-IL ! ».
 
 
 
 
© THIERRY LAURIER 2000 - 2002
 
 
 
« L'ÎLE AUX MILLE ET UN JOURS »
CHANT 1 – EXTRAIT ...
 
 
 
 
 
 
« La mort ou bien l'amour,
" TOUT " passe et s'en revient;
C'est l'Eternel retour
D'un mythe fort ancien ! ».
 
 
 
 
 
 
Le dieu Pan
Comme un rêve d'enfant,
Revient sur une bique ...
 
 
 
 
 
emsirinoruŠuronirisme